Jump to Navigation

Ligne verte(appel sans frais):  +257 22 27 71 21

ARTICLES RÉCENTS

Réfection du cachot de la PJ Muyinga

La Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH) a procédé, ce 20  septembre 2016, à la remise aux autorités du cachot de la Police Judiciaire de Muyinga réfectionné par la CNIDH en partenariat avec USAID. La réfection de ce cachot concernait l’installation de quatre toilettes et deux douches, de l’électricité, des mécanismes d’évacuation des eaux usées, ainsi que le renouvellement de la peinture de tout le cachot et de ses portes, ce qui contribue

Point de presse sur la disparition du journaliste Jean Bigirimana du Groupe de Presse Iwacu

 

Depuis la réception de cette information, la CNIDH s’est vite déployée pour mener une enquête intensifiée dans l’objectif premier de repérer le journaliste. La CNIDH a reçu des informations faisant état de la détention de Jean Bigirimana dans une cellule du Service National de Renseignement (SNR) à Muramvya. La CNIDH n’est pas au courant de l’existence d’un quelconque cachot du SNR à Muramvya. Lors d’une descente inopinée effectuée dans cette province, la CNIDH a vérifié de fond en comble la résidence du Responsable du SNR à Muramvya qui a pleinement coopéré à notre enquête. La Commission n’a trouvé aucune trace de Jean Bigirimana, ni d’une quelconque personne qui serait détenue dans ces locaux.

Lancement officiel de l’Antenne Ouest de la CNIDH

La Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH) a procédé, ce mardi 2 août 2016, au lancement officiel de son Antenne Ouest. La cérémonie de lancement était présidée par le Premier Vice-Président de la République du Burundi, Monsieur Gaston Sindimwo.

Selon le Président de la CNIDH, Monsieur Jean-Baptiste Baribonekeza, les antennes constituent...

La CNIDH sensibilise les autorités et la société civile sur la lutte contre le trafic des êtres humains

Proposer des actions claires et concrètes à mener pour lutter contre le trafic des êtres humains au Burundi, tel est l’objectif visé par un atelier de deux jours organisé par la Commission Nationale Indépendante des droits de l’Homme (CNIDH) du 7 au 8 juillet 2016, un atelier centré sur le cadre légal de lutte contre le trafic des êtres humains.

Déclaration du Président de la CNIDH, Mr. Jean-Baptiste Baribonekeza, au Conseil des Droits de l’Homme, Genève, 29 juin 2016

Excellence Monsieur le Président du Conseil,

Excellence Monsieur le Ministre des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre de la République du Burundi ;

Excellence Monsieur le Haut Commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme ;

Excellences, Mesdames, Messieurs ;

Je voudrais d’abord vous remercier pour cette nouvelle occasion d’échanger nos points de vue avec l’éminent Conseil.

La Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH) note avec satisfaction l’amélioration notable de la situation sécuritaire et des droits de l’homme dans tout le pays depuis le début de l’année 2016, mais surtout au cours des trois derniers mois. La CNIDH estime que ces améliorations sont surtout attribuables au regain de la conviction chez les protagonistes politiques que la voie du dialogue est la meilleure option. La CNIDH encourage les parties prenantes à aller de l’avant.

Déclaration de la CNIDH sur la situation des droits de l’homme

La Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH) est profondément préoccupée par la recrudescence du phénomène de trafic des êtres humains à destination de pays étrangers notamment l’Arabie Saoudite et l’Oman. La CNIDH se réjouit du regain de conscience du phénomène qui est observé aussi bien au niveau des autorités qu’au niveau des organisations de la société civile et de la population. La CNIDH félicite la police burundaise pour avoir déjà arrêté 7 personnes et identifié onze compagnies soupçonnées d’être impliquées dans le trafic d’au moins 263 personnes depuis le 19 avril 2016.

Mot du Président de la CNIDH à l'atelier d'échange sur le suivi des recommandations du Comité des droits économiques, sociaux et culturels des Nations Unies sur le rapport initial du Burundi sur le PIDESC

Madame la Directrice Générale des droits de la personne humaine, représentant le Ministre des droits de la personne humaine, des Affaires Sociales et du Genre ;

Monsieur le Représentant de International Human Rights Law Association ;

Madame le Représentant de Human Dignity ;

Chers participants à cet atelier ;

Mesdames, Messieurs ;

Je voudrais, à l’entame de mon propos, remercier les organisateurs de cette activité, en l’occurrence les ONGs International Human Rights Law Association et Human Dignity, pour avoir pris l’initiative de rassembler les acteurs concernés afin de lire ensemble les recommandations du Comité des Droits économiques, sociaux et culturels des Nations Unies.

Déclaration de la CNIDH à la veille de la reprise du dialogue sous la facilitation régionale prévue à Arusha

La Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH) salue l’annonce de la reprise du dialogue politique sous la facilitation régionale qui est prévue ce 21 mai 2016 à Arusha, en Tanzanie.

La CNIDH félicite le Gouvernement et tous les acteurs politiques, du pouvoir comme de l’opposition, pour ce choix qui est une marque de la volonté de régler les questions qui divisent la classe politique burundaise par des moyens pacifiques. La Commission les encourage à partir avec un esprit nouveau, prêts à se faire des concessions, à mettre en avant le peuple burundais dans toute sa diversité et à maintenir cet élan.

Subscribe to CNIDH RSS


Toutes nos publications

Main menu 2

by Dr. Radut