Jump to Navigation

Ligne verte(appel sans frais):  +257 22 27 71 21

Déclaration du Président de la CNIDH, Jean-Baptiste Baribonekeza, au Conseil des Droits de l’Homme, Genève, 22 mars 2016

Excellence Monsieur le Vice-Président du Conseil,

Excellence Monsieur le Ministre des droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre de la République du Burundi,

Excellences Mesdames et Messieurs,

Je voudrais d’abord remercier le Conseil pour cette occasion qui m’est offerte pour parler de la situation des droits de l’homme prévalant dans le pays.

Les violentes manifestations contre la candidature du Président Pierre Nkurunziza, pourtant entérinée par la Cour constitutionnelle,le coup d’Etat manqué du 13 mai 2015, ainsi que les actes de violence politique ultérieurs, ont eu des conséquences négatives sérieuses sur les droits de l’homme, avec au moins 381 personnes tuées, entre avril et décembre 2015. La société civile et les médias ont également été affectés.

La CNIDH note avec préoccupation les sanctions politiques, prises sans égard au droit d’être entendu par un juge indépendant et impartial, ainsi que les mesures de suspension de la coopération avec le Burundi, qui pénalisent la population burundaise.

Aujourd’hui, une relative accalmie est observée depuis le début de l’année. 333, soit 72% des personnes arrêtées dans le cadre des manifestations, viennent d’être libérées. Deux des 5 radios privées détruites au cours du coup d’état manqué ont été ré-ouvertes et le dialogue inter-burundais a déjà commencé.

La CNIDH se réjouit de tous ces progrès et recommande :

Au Gouvernement du Burundi

-        Prendre des mesures adéquates visant à encadrer la jeunesse et à prévenir et réprimer le recrutement dans des activités de belligérance ;

-        Poursuivre la réouverture progressive des médias privés fermés et revoir les mesures de restriction des activités de la société civile, le tout sans préjudice des responsabilités individuelles ou corporatives devant la justice;

-        Doter le Ministère de la justice de moyens suffisants;

-        Poursuivre résolument le dialogue politique et le désarmement des civils.

Au Ministère de la Justice

-        Prendre des mesures de désengorgement des prisons et d’accélération des procès en cours;

-        Poursuivre les enquêtes sur les évènements de 2015.

Aux partis et organisations politiques

-        Eviter le recours à la violence ;

A la société civile 

-        Exercer leurs activités dans le respect de la loi et de leurs statuts respectifs, tout en restant politiquement neutres et indépendants ;

-        S’abstenir de faire des déclarations incendiaires ou de mobiliser pour la violence.

A la communauté internationale

-        Revoir les sanctions politiques et les mesures de suspension de la coopération;

-        Encourager l’arrêt de la violence et la poursuite du dialogue politique.

Je vous remercie.



Toutes nos publications

Pages

Main menu 2

Dr. Radut Consulting