Jump to Navigation

Ligne verte(appel sans frais):  +257 22 27 71 21

La CNIDH se dote d’un plan stratégique pour les 5 ans à venir

La Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH)  a procédé au Lancement officiel de son Plan Stratégique 2016-2020, ce mardi 25 avril 2017, à Royal Palace Hôtel de Bujumbura.  

L’objectif de cette activité était d’exposer aux autorités, partenaires, acteurs étatiques et non étatiques des droits de l’homme, nationaux et internationaux, les stratégies entreprises par la CNIDH en vue d’assurer la protection et la promotion des droits de l’homme au Burundi pendant la période de cinq ans à venir.

Les cérémonies étaient rehaussées par la présence du Premier Vice-président de la République, Son Excellence Gaston Sindimwo, représentant le Chef de l’Etat du Burundi. Ceci est un témoignage éloquent de l’engagement du Gouvernement burundais au respect et à la mise en œuvre des droits de l’homme.

Participation massive aux cérémonies de lancement

Cette activité a mobilisé plus d’une centaine de participants en provenance des secteurs divers  intéressés par la protection et la promotion des droits de l’homme. Etaient également présent à la cérémonie des membres du Gouvernement, dont la Ministre de la Justice et Garde des Sceaux, Madame Aimée Laurentine Kanyana et le Ministre des Droits de personne humaine, des affaires sociales et du genre, Monsieur Martin Nivyabandi, ainsi que le Procureur général de la République, les représentants de la Cour Suprême, de la Cour Constitutionnelle et de la Police Nationale du Burundi (PNB). Les présidents des Commissions parlementaires permanentes en charge des droits de l’homme à l’Assemblée nationale et au Sénat ont également répondu au rendez-vous. 

Le lancement du Plan Stratégique de la CNIDH  était aussi marqué par une participation  massive des représentants des commissions et conseils nationaux, des confessions religieuses, des organisations de la société civile et de nombreux médias.

A côté des acteurs nationaux, plusieurs membres des missions diplomatiques et consulaires, des organisations internationales et des agences du Système des Nations Unies étaient là pour manifester leur soutien et en savoir plus sur la vision, les ambitions et l’engagement de la CNIDH pour la cause des droits humains.

Des promesses de soutien multiformes 

Tous les orateurs sont revenus sur l’ingénieuse idée de la CNIDH  d’avoir choisi à rassembler les différents partenaires au moment où la sécurité s’est améliorée dans le pays. Le Maire de la ville de Bujumbura, Honorable Freddy Mbonimpa, n’en va pas par quatre chemins. Il recommande un soutien indéfectible à la Commission en des termes sans équivoque. Pour lui, « le respect des droits de l’homme, qui est un pilier important du bien-être  de la population, est en même temps facteur et tributaire de la paix, de la sécurité, de l’Etat de droit et du développement  durable et équitable. Cette interaction commande une collaboration constante entre les autorités et différentes institutions du pays qui sont appelées à prêter  une oreille attentive et une main forte à l’action de la CNIDH ». Le Maire de la ville a également apprécié le fait que la CNIDH s’est toujours attelée aux préoccupations  liées aux droits de l’homme, même pendant les moments difficiles de contestations politiques violentes.

La Chargée d’affaires a.i. à l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas au Burundi, Madame Irma Dueren, ayant représenté l’Ambassadeur dans ces cérémonies, a déclaré que pour les Pays-Bas, « les droits de l’homme sont sacrés » et déterminent les relations avec ses partenaires.  Elle trouve primordial de voir que « le Burundi prend au sérieux le travail de les promouvoir, de les protéger et les défendre, notamment à travers la CNIDH ».

Tout en saluant les efforts consentis par la Commission dans la planification de ses activités, cette diplomate néerlandaise conclut en affirmant que « les Pays-Bas sont disposés à continuer d’appuyer la CNIDH notamment pour mettre en œuvre son Plan Stratégique ».

Le troisième orateur était le Coordonateur Résident a.i du Système des Nations Unies au Burundi, Monsieur Bo Viktor Nylund. Pour ce diplomate onusien, « le respect des droits de l’homme est le fondement de la paix durable et constitue naturellement une priorité pour les Nations Unies. 

Le système des Nations Unies est donc résolument engagé à soutenir des institutions démocratiques,  comme la CNIDH, qui œuvrent activement à la promotion et à la protection des droits de l’homme et au renforcement de l’Etat de droit dans ce beau pays ». Il a en outre précisé que le Plan Stratégique de la CNIDH est « un document de programme essentiel dont le contenu permettra aux différents partenaires, y compris au sein des Nations Unies, de déterminer avec justesse et pertinence les domaines possibles de coopération sur les années prochaines », comme ils l’ont déjà fait dans le passé.

Chaque acteur doit apporter sa pierre à l’édifice

Le Président de la CNIDH, Monsieur Jean Baptiste Baribonekeza, a à son tour commencé par remercier tous ceux qui se sont associés à la CNIDH en cet événement. Il a ensuite décrit succinctement le statut, l’organisation et le fonctionnement de la Commission qui en font une institution robuste aussi bien au niveau national qu’au niveau international.

Après avoir indiqué que la nouvelle stratégie de la CNIDH va contribuer à la protection, la promotion et la réalisation des droits de l’homme de tous les Burundais et des personnes vivant sur le territoire burundais, en ligne avec les missions dévolues à la CNIDH par la loi, le Président de la CNIDH a fait savoir que, à travers le nouveau Plan, la CNIDH entend inscrire ses activités dans la durabilité, avant d’en décliner les différents axes stratégiques, à savoir :  

Axe 1 : Amélioration de la protection des droits de l'homme, en général, et au sein de la chaîne pénale, en particulier ;

Axe 2 :Contribution à un dialogue constructif sur les questions de droits de l'homme ;

Axe 3 :Promotion de la réalisation des droits économiques, sociaux et culturels ;

Axe 4 :Amélioration de la protection des groupes vulnérables ;

Axe5 : Consolidation de la CNIDH dans son développement institutionnel et son positionnement stratégique.

Toutefois, M. Baribonekeza a reconnu que « les nouvelles ambitions de la CNIDH telles qu’exposées dans ce Plan Stratégique ne sauraient se concrétiser sans l’appui et l’accompagnement constant et consistant des autorités et des partenaires ». Ainsi, il appelle de tous ses vœux l’engagement et le concours de tous les acteurs : l’Etat, la société civile, le secteur privé, la communauté internationale et la population dans la réalisation des objectifs de ce Plan.

La protection des droits humains incombe à l’Etat


Enfin, c’est le Premier Vice-président de la République, S.E.M. Gaston Sindimwo,  qui a procédé au lancement officiel du plan stratégique (2016-2020). Dans son discours, il a rappelé que le Burundi a une culture du respect des droits de l’homme depuis la nuit des temps : le respect de la vie, la dignité, l’égalité, la justice sociale, la protection des veuves et orphelins étaient inculqués aux enfants. Puis, les instruments juridiques régionaux et internationaux y relatifs sont intégrés dans la Constitution du pays en son article 19. Sur le plan interne, un arsenal juridique important a été adopté aussi. C’est pourquoi,  « la responsabilité de protéger et promouvoir les droits de l’homme incombent en premier lieu à l’Etat, tandis que la communauté internationale assure une protection subsidiaire dans le cadre de la coopération internationale ». En mettant en place la CNIDH, l’Etat du Burundi témoigne de sa volonté manifeste d’assurer le respect des droits de l’homme et de renforcer le cadre institutionnel dédié à cette cause ; car « la solution des problèmes burundais ne proviendra que d’eux-mêmes ».

A travers le Premier  Vice président  Sindimwo, « le Gouvernement s’engage à fournir à la CNIDH les moyens nécessaires à la mise en œuvre de ce Plan Stratégique dans les limites des moyens disponibles ». Il a demandé à toutes les institutions de la République de lui accorder la collaboration nécessaire et aux partenaires techniques et financiers d’accompagner la CNIDH dans la réalisation des objectifs de ce Plan.

Ainsi, ils auront contribué à soutenir le peuple burundais dans sa quête pour un mieux-être, notamment en ce qui concerne la jouissance des droits de l’homme.

Le lancement officiel du Plan stratégique (2016-2020) de la CNIDH fut aussi une occasion aux différents acteurs étatiques et non étatiques de contribuer par des idées, avis et considérations utiles pour faire avancer le domaine des droits de l’homme. La CNIDH est prête d’en prendre en compte dans la mise en œuvre de ce Plan ou de les faire valoir prochainement lors de la Table Ronde de ses partenaires techniques et financiers.

                          



Toutes nos publications

Pages

Main menu 2

Dr. Radut Consulting