Jump to Navigation

Ligne verte(appel sans frais):  +257 22 27 71 21

La CNIDH appelle au respect des droits de l’homme même en situation de divergence politique

A l’occasion d’un atelier d’échange sur le rôle de la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH) dans la protection des droits de l’homme face à la violence politique et aux enjeux sécuritaires organisé ce mardi 10 novembre 2015, le Président de la CNIDH, Jean Baptiste Baribonekeza, demande à ceux qui troublent encore la sécurité de renouer avec la voie du dialogue et de renoncer à la violence ainsi qu’à la pratique des enlèvements observée au cours de ces derniers mois.

«  Le respect des droits de l’homme doit être une préoccupation de tout un chacun », a martelé Monsieur Baribonekeza.

Selon lui, cet atelier a pour objectif de jeter un regard rétrospectif sur la situation ayant suivi la contestation de la candidature du président de la République en exercice, analyser ensemble les causes et les conséquences et surtout les voies de sortie de la crise occasionnée par le mouvement de contestation déclenchée le 26 avril 2015. C’est ainsi que le président de la CNIDH a prié ces représentants de répercuter les résultats de cet atelier au sein de la population qu’ils ont représentée.

Dans son mot de circonstance, le président de la CNIDH a fait remarquer que cette contestation a des répercussions négatives sur la jouissance des droits de l’homme. En effet, a-t-il fait savoir, le mouvement de contestation de la candidature du Président de la République a occasionné beaucoup de violations des droits de l’homme y compris la violation du droit à l’éducation, la torture, le droit d’être entendu en justice, etc.

Le président de la CNIDH a fait savoir que, durant cette crise, la CNIDH  a poursuivi, non seulement ses activités de prévention des violations des droits de l’homme, mais aussi des activités d’investigation  sur des cas de violations alléguées, de protection et d’assistance aux victimes, notamment les personnes arrêtées en assurant entre autres le suivi de leurs dossiers en justice.

La CNIDH a également poursuivi son travail de plaidoyer pour plus de responsabilité afin de minimiser l’incidence de la violence politique sur la jouissance des DH.

Le Conseiller principal du gouverneur de la province Bujumbura, Monsieur Dieudonné Bizimana, a quant à lui fait savoir que sa province a connu les conséquences de la contestation, raison pour laquelle il a remercié la CNIDH pour sa contribution dans la sauvegarde de la sécurité et des DH dans sa province.

Cet atelier  regroupait  les responsables administratifs, policiers et judiciaires ainsi que des représentants de la société civile, des jeunes, des femmes et des confessions religieuses de communes des provinces Bujumbura  et Bujumbura mairie surtout les quartiers du sud qui ont connu les conséquences du mouvement de contestation et d’autres actes de violence politique.

Signalons qu’un  atelier de ce genre avait été organisé à Gatumba le 22 septembre dernier et avait réuni des représentants des quartiers du nord de la capitale Bujumbura et ceux des autres communes de la province de Bujumbura.



Toutes nos publications

Pages

Main menu 2

Dr. Radut Consulting