Jump to Navigation

Ligne verte(appel sans frais):  +257 22 27 71 21

La CNIDH est engagée dans la lutte contre l’exploitation et le trafic des enfants

L’exploitation et le trafic des enfants figurent  parmi les graves violations des droits de l’enfant, a dit le commissaire Claudine AMANIMANA, Secrétaire de la CNIDH,  à l’occasion de l’ouverture d’un atelier de validation du rapport de l’étude sur « l’exploitation et le trafic des enfants au Burundi ». En effet, a-t-elle fait savoir, la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme,  CNIDH, a commandité cette étude afin de contribuer pour que tous les enfants jouissent d’une protection étatique et d’une assistance familiale requise en vertu de la loi...

burundaise et des engagements internationaux auxquels  le Burundi a souscrit.

En plus du cadre légal interne qui est favorable à la protection des enfants, peut-on lire dans le rapport de cette étude,  l’étude a également démontré que le cadre légal au  niveau régional et international en ce qui concerne la lutte contre l’exploitation et le trafic des enfants est satisfaisant. En effet, le Burundi a déjà ratifié pas mal d’instruments de protection des droits de l’enfant  notamment la Convention sur les Droits de l’Enfant (CDE) ainsi que son protocole facultatif concernant la vente, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène les enfants   et le protocole facultatif concernant l’implication des enfants dans les conflits armés. Ces deux derniers protocoles ont été ratifiés par le Burundi  en 2005. Le Burundi a aussi ratifié la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée ainsi que son protocole visant  à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes en particulier des femmes et des enfants en  2012 ainsi que la Convention de La Haye sur la protection des enfants et la coopération en matière d’adoption internationale ratifiée par le Burundi en 1993. Cependant, le Burundi n’a pas encore ratifié la Convention relative à l’esclavage ainsi que la Convention supplémentaire relative à  l’abolition de l’esclavage, de la traite des esclaves et des institutions et pratiques analogues à l’esclavage.

Malgré le cadre légal et institutionnel favorable à la lutte contre l’exploitation et le trafic des enfants, l’étude a relevé que ce phénomène est  une réalité au Burundi : 9 dossiers de traite internationale ont été enregistrés en six mois du second semestre 2013. 47 cas de traite d’enfants entre 2010-2012 selon le rapport de l’ONG Heartland Alliance,  4760 cas de grossesses en milieu scolaire en 2013 selon le FNUAP.

Selon l’étude sur l’exploitation et le trafic des enfants au Burundi, les enfants sont victimes d’une exploitation sexuelle (prostitution d’enfants et autres abus sexuels ainsi que les mariages précoces) et de l’exploitation du travail des enfants (travail domestique, la mendicité et commerce ambulant, travail dans les mines et carrières ainsi que la manutention et le transport de lourdes charges).

Concernant le trafic internationales, les enfants victimes transitent dans des pays voisins  comme la RDC, la Tanzanie, le Rwanda, le Kenya, la Zambie, le Soudan du sud et du Nord et dans des pays lointains comme l’Ethiopie, le Malawi avec des destinations aussi bien en Asie, en Europe et en Amérique dans les pays comme le Liban, l’Oman, le Dubaï, l’Afrique du sud, l’Arabie saoudite,  la Norvège, l’Australie et  les USA.

Le commissaire Claudine AMANIMANA a fait savoir que le rapport de cette étude, une fois validé, permettra à la CNIDH d’avoir l’état des lieux du phénomène de l’exploitation et du trafic des enfants au Burundi ce qui permettra à la CNIDH de contribuer efficacement dans la lutte contre ce fléau notamment à travers l’exercice de son rôle consultatif.

Signalons que la CNIDH vient de réaliser cette étude avec l’appui de l’Ambassade de France au Burundi. C’est une étude qui rentre dans le cadre d’autres études thématiques sur les droits de l’homme notamment celle sur les réformes du système éducatif burundais et le droit à l’éducation, les défis d’accès à la  justice  et l’audit judiciaire des violences basées sur le genre. 



Toutes nos publications

Pages

Main menu 2

Dr. Radut Consulting