Jump to Navigation

Ligne verte(appel sans frais):  +257 22 27 71 21

Vers une issue heureuse du conflit de Ruhororo

Les déplacés intérieurs des sites de déplacés de Ruhororo et de Mubanga se sont finalement entendus avec la population propriétaire d’une partie des terres sur lesquelles sont érigés ces sites, l’administration ainsi que les agents de l’ordre sur des préalables  pour la résolution définitive du conflit de Ruhororo.

Il s’agit notamment le fait que ces déplacés intérieurs ne seront pas forcés de quitter les sites de déplacés ; les parcelles vides seront vite identifiés et remises...

à leur propriétaires ; les déplacés qui souhaitent retourner dans les collines d’origine pourront se faire inscrire et recevoir un accompagnement de la part du Ministère de la Solidarité Nationale, des Droits de la Personne Humaine et du Genre ainsi que de la police ; des villages de paix seront aménagés pour héberger notamment ceux des sites qui seront relocalisés ailleurs.

Cela est l’aboutissement d’un atelier de deux jours organisé au centre pastoral de Mureke du 23 au 24 octobre 2014 par la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme(CNIDH) pour faire suite aux recommandations d’un autre atelier organisé du 22 au 24 avril 2014 au Grand Séminaire de Burasira.  

L’atelier du 22 au 23 avril 2014 a permis de dégager les défis liés aux droits de l’homme découlant du conflit de Ruhororo et celui du 23 au 24 octobre 2014 en a profité pour sensibiliser les différents protagonistes du conflit de Ruhororo sur ces défis. Il s’agit notamment des défis liés au droit à propriété, le droit à la participation citoyenne, le droit d’accès à une justice équitable, … dont la violation conduit  à certains écarts de comportement comme la solidarité négative ou la désobéissance civile, etc.

C’est la satisfaction totale du président de la Commission permanente chargée de mettre en œuvre les recommandations de la commission ad hoc mise en place par le gouverneur de la province de Ngozi pour proposer des solutions durables au conflit de Ruhororo. Selon Emmanuel HABIMANA, président de cette commission, la commission permanente dispose désormais d’une feuille de route  à suivre et a promis d’organiser sans tarder deux réunions pour expliquer aux déplacés le contenu du rapport de la commission ad hoc que la commission permanente est entrain de mettre en œuvre.  

Le président de la CNIDH a quant à lui encouragé les déplacés et la population  résidant dans les collines d’honorer cet engagement et de surprendre agréablement ceux qui pensaient que le conflit de Ruhororo n’avait pas de solutions.

Signalons que la solution au conflit de Ruhororo pourrait être généralisée aux autres sites de déplacés intérieurs éparpillés à travers tout le pays.



Toutes nos publications

Pages

Main menu 2

Dr. Radut Consulting