+257 22 27 71 21 (appel sans frais) | +257 22 27 71 20 (standard) | +257 68 22 67 67 (whatsapp) Email: cnidh@cnidh.bi Kirundi Kirundi Français Français English English
A LA UNE..
Election de 5 nouveaux Commissaires de CNIDH_Bdi, le 09.01.2023, à l'Assemblée Nationale, pour un mandat de 4 ans. Atelier de sensibilisation des autorités de la Région Sud en vue de l’amélioration de la protection des Personnes Déplacées Internes et des Rapatriés. Déclaration de la CNIDH à l'occasion de la célébration de la Journée Internationale des Droits de l'homme, Edition 2022 La #CNIDH_Burundi, avec l'appui de la #Suisse, tient, à Ruyigi, un Atelier de plaidoyer en faveur des personnes atteintes d'albinisme, du 7 au 8 décembre 2022. ateliers régionaux de sensibilisation des #OPJ communaux sur la lutte contre les détentions illégales, du 23 au 24 novembre 2022, à #Gitega, #Cibitoke et #Ngozi Atelier d’échange sur le droit à la propriété sous le thème : « Droit de propriété au Burundi : entre forces ignorées et failles exaltées, quelles réformes envisager ?», Bujumbura, du 22 au 23 sept 2022.. Burundi: La CNIDH préoccupée par les droits de l’enfant, (publié dans le bulletin trimesriel du RINADH avri-juin 2022) Visite d'études d'une délégation de la CNDH du Mali auprès de la CNIDH du Burundi Atelier de sensibilisation pour la ratification de la Convention de l'UA sur la protection et assistance aux personnes déplacées internes, du 13 au 14 juillet 2022 à #Ngoz La CNIDH du Burundi partage son expérience avec la CNDH du Cameroun Rapport annuel édition 2021 Présentation, ce 17/02/2022, devant l'Assemblée Nationale, du Rapport Annuel 2021 de la CNIDH sur la situation des Droits de l'Homme et les activités réalisées, conformément à l'article 35 de la Loi N° 1/04 du 5 janvier 2011 portant sa création.

CNIDH » Rôle consultatif

Quelques réalisations de 2021

Au cours de l’année 2021, la CNIDH a donné des conseils et recommandations aux membres du gouvernement. Cette mission a été  réalisée  à travers les déclarations publiques (7), des rencontres avec les hautes autorités étatiques ( Le Président de la République et les Bureaux du Parlement, les Ministres en charge de l’Intérieur, de la Justice, des droits de l’homme et le Parlement), la tenue des réunions avec des points focaux des différents ministères et organes étatiques, les ateliers de plaidoyer de haut niveau et les correspondances adressées aux autorités Burundaises concernées par une question spécifique.

En plus des activités menées dans le pays dans le cadre du rôle consultatif, la CNIDH a mené des activités de coopération et de collaboration avec les INDHs du Gabon, de la Mauritanie, du Togo, ainsi que les réseaux régional (RINADH) et international (GAHNRI).

Des visites conjointes dans certaines situations ont été organisées et les résultats palpables ont été atteints. Pour plus de détails, nous vous renvoyons à la lecture de notre rapport annuel 2021 posté sur ce site web, Rubrique Publications/Rapports.

 

Quelques réalisations de 2020

Au cours de l’année 2020, la CNIDH a eu le privilège d’avoir deux rencontres avec SE le Président de la République pour discuter des stratégies de promotion et de protection des droits de l’homme ainsi que les relations entre les autres acteurs en droits de l’homme.

 La CNIDH est restée en contact avec les ministères clés comme le Ministère de la Solidarité Nationale, des Affaires Sociales, des Droits de la Personne Humaine et du Genre, le Ministère de la Justice, de la Protection Civile et Garde des Sceaux, le Ministère de l’Intérieur, du Développement Communautaire et de la Sécurité Publique pour trouver des solutions chaque fois que de besoin et la collaboration avec ces ministères a produit des résultats palpables surtout en période électorale.

 La Commission a collaboré avec les institutions nationales sœurs comme la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), la Commission de l’Unité Nationale, la Commission Vérité et Réconciliation (CVR) pour se rassurer que les droits de l’homme soient priorisés dans toutes leurs activités.  

La CNIDH est parvenue à faire des sensibilisations pour la cohabitation et la non-violence entre les membres des partis politiques. Elle a joué un rôle considérable dans ses activités de monitoring des violations des droits de l’homme en période électorale car ses conseils et plaidoyer ont abouti à la libération de plus de deux cents personnes qui avaient été arrêtées pour des accusations liées à la campagne électorale.

La CNIDH a adopté une nouvelle stratégie de collaboration avec les institutions étatiques et non étatiques pour se rassurer que les allégations de violations des droits de l’homme sont vérifiées et enquêtées. La CNIDH opte pour une triangulation de l’information.  Ainsi chaque fois qu’elle est au courant d’une allégation de violation des droits de l’homme, elle contacte les responsables administratifs, les corps de sécurité, la justice, la population des environs et toute autre source pouvant donner des informations utiles.

Notons une innovation en termes de coopération et collaboration avec les institutions étatiques. Il a été organisé des réunions mensuelles des points focaux des différents ministères et institutions nationales dont les missions touchent spécialement les droits de l’homme. Au cours de ces réunions, des échanges interactifs permettent aux institutions nationales d’être informées sur le travail en cours à la CNIDH et sur la situation des droits de l’homme dans le pays. Ce cadre constitue une opportunité pour la CNIDH de demander aux points focaux de faire le suivi des cas et requêtes adressées par la Commission auprès des institutions représentées et de se rassurer de la rapidité de leur traitement.

Également, des échanges permanents avec la Société civile permettent à la CNIDH d’être informée et de bien faire le suivi des cas portés à sa connaissance. L'intégralté des réalisations est à consulter dans le rapport annuel 2020 disponible sur notre site web, rubrique Publications/Rapports.

 

Quelques réalisations de 2019

Au niveau national, la CNIDH s’est entretenue avec Son Excellence le Président de la République du Burundi. C’était l’occasion de présenter la situation actuelle des droits de l’homme au Burundi, ainsi que les innovations qu’apporte la nouvelle équipe pour avancer les droits de l’homme dans le pays. Il a en outre été fait mention de différents défis et les suggestions pour y faire face. La CNIDH a profité de l’occasion pour rappeler que la collaboration, la communication, et un partenariat permanent avec différentes institutions publiques constituent des piliers pour l’accomplissement du mandat de la CNIDH. 

La CNIDH s’est aussi entretenue avec le Très Honorable Président de l’Assemblée Nationale et la Commission permanente chargée de la justice et des droits de la personne humaine de l’Assemblée Nationale. Toutes ces rencontres ont été fructueuses car, les deux institutions ont échangé sur la situation des droits de l’homme, les défis et perspectives, ainsi que les modalités de collaboration et de partenariat pour que chaque institution apporte sa pierre à la promotion et la protection des droits de l’homme au Burundi. Des stratégies ont été mises sur pied et la CNIDH est à l’œuvre pour le changement positif en matière de droits de l’homme dans le pays.

La CNIDH a également travaillé en étroite collaboration avec le Ministère de la Justice et de la protection civique, le Ministère des droits de la personne humaine, des affaires sociales et du genre, le Ministère de la sécurité publique et de la gestion des catastrophes, ainsi que celui de l’Intérieur, de la formation patriotique et du développement local. Cette collaboration a permis d’échanger des informations utiles à l’avancement des droits de l’homme et de formuler des recommandations quant à l’exercice effectif des rôles de tout un chacun.

En outre, la CNIDH a prodigué des conseils à certains responsables et autorités administratifs, notamment les administrateurs communaux, les OPJ et les procureurs, pour une amélioration de la protection et la promotion des droits de l’homme. La CNIDH a également travaillé avec les responsables des partis politiques au niveau local. A titre d’exemple, après avoir reçu des informations faisant état d’accrochage entre des jeunes affiliés aux partis politiques à Karusi, Muyinga, Ngozi et Kirundo, pour ne citer que ces provinces, la CNIDH a effectué des descentes sur terrain et s’est entretenue avec les autorités administratives, judiciaires et les responsables politiques. Les retombées positives n’ont pas tardé à se manifester.

Le travail de la CNIDH touche tous les aspects des droits de l’homme. C’est dans cet objectif qu’elle a effectué des visites et échangé avec la CENI et la CVR pour explorer les opportunités de collaboration, d’échange d’informations et/ou de travailler en synergie pour un meilleur rendement.

Enfin, la collaboration avec le Service national de renseignement (SNR) a produit de bons résultats pour ce qui est du suivi de certains cas d’allégations de violations des droits de l’homme.

Au niveau international, la CNIDH a participé à différentes conférences internationales à Genève en Suisse, au Caire en Egypte, à Addis-Abeba en Ethiopie et à Arusha en Tanzanie.