+257 22 27 71 21 (appel sans frais) | +257 22 27 71 20 (standard) | +257 68 22 67 67 (whatsapp) Email: cnidh@cnidh.bi Kirundi Kirundi Français Français English English
A LA UNE..
La CNIDH_Bdi, en collaboration avec le Centre pour les Droits de l'Homme et la Démocratie en Afrique Centrale organise, du 25 au 27 novembre 2020, à Gitega/Helena Hotel, l'atelier sur le plaidoyer pour la mise en place d'un Mécanisme National de Prévention & Protection contre la torture. Recrutement d'un Chef d'Antenne Nord de la CNIDH La CNIDH, en Collaboration avec le Centre pour les Droits de l’Homme et la Démocratie en Afrique Centrale, organise un Atelier de formation des Magistrats et Avocats de la Zone Centre-Est sur l’usage des normes juridiques internationales dans la prise des décisions judiciaires. Muramvya, du 28 au 30 octobre 2020 La CNIDH, en Collaboration avec le Centre pour les Droits de l’Homme et la Démocratie en Afrique Centrale, organise Un Atelier de formation des Magistrats et Avocats de la Zone Sud sur l’usage des normes internationales des Droits de l’Homme et du Droit International Humanitaire dans les procédures et décisions de justice. Rutana, du 14 au 16 octobre 2020 Atelier de formation des Magistrats et Avocats de la Zone Ouest sur l’usage des normes juridiques internationales dans la prise des décisions judiciaires. Gitega, du 7 au 9 octobre 2020 Déclaration de la CNIDH du 16 juin 2020 à l'occasion de la célébration de la journée de l'enfant africain, Edition 2020 Déclaration de la CNIDH sur le rapport de la Commission ad hoc, mise en place le 10 janvier 2020, par la CNIDH, en vue d'enquêter sur la présumée adhésion forcée à la #COSSESONA. Point de presse sur l'Exercice du droit à la liberté d’association

CNIDH » Déclarations » Déclaration de la CNIDH sur la situation des droits de l’homme à la veille des élections de 2015

Card image cap

Le coup d’Etat manqué du 13 mai 2015, dans la foulée duquel certains médias privés ont été détruits, a contribué à aggraver davantage la situation des droits de l’homme dans le pays.

 

 

Les arrestations opérées dans le cadre des poursuites contre les présumés auteurs du coup d’Etat manqué et les manifestants accusés d’avoir commis des infractions lors des manifestations, les départs vers d’autres régions du pays ou vers l’étranger, les actes de sabotage comme les attaques à la grenade et les fausses alertes sont  autant de conséquences qui s’inscrivent dans la suite des événements sus évoqués.

 

 

 

Le droit à la vie, le droit à l’intégrité physique, le droit au respect de la vie privée, le droit à liberté de circulation, la liberté d’expression, le droit à l’information, le droit de participation à la gestion des affaires de son pays, le droit à l’éducation pour ne citer que ceux-làont été fortement touchés.

Cliquez les liens ci-après por télécharger l'intégralité de cette déclaration en Kirundi et en Français.


Publiée le 08/11/2019 à 11h11min Partager

Poster votre commentaire

Articles de même catégorie