+257 22 27 71 21 (appel sans frais) | +257 22 27 71 20 (standard) | +257 68 22 67 67 (whatsapp) Email: cnidh@cnidh.bi Kirundi Kirundi Français Français English English
A LA UNE..
Discours du Président de la CNIDH à l’occasion de l’ouverture de l’atelier de formation des Commissaires et Cadres de la CNIDH sur les droits de l’enfant Déclaration de la CNIDH du 16 juin 2020 à l'occasion de la célébration de la journée de l'enfant africain, Edition 2020 Atelier de formation à l’endroit des représentants des Institutions partenaires sur les notions de base en matière des droits de l’homme, du 29 au 30 avril 2020,à l'Hotel Royal Palace Atelier de sensibilisation des leaders politiques sur la protection des droits de l'enfant en période électorale, City Hill Hotel, le 23 avril 2020 Présentation du rapport annuel 2019 de la CNIDH devant l'Assemblée Nationale par le Président de la Commission Dr Sixte Vigny Nimuraba, mercredi le 15 avril 2020 Déclaration de la CNIDH sur le rapport de la Commission ad hoc, mise en place le 10 janvier 2020, par la CNIDH, en vue d'enquêter sur la présumée adhésion forcée à la #COSSESONA. Point de presse sur l'Exercice du droit à la liberté d’association Atelier de sensibilisation des jeunes affiliés aux partis politiques sur la tolérance et le respect des droits fondamentaux de l’homme en période électorale. Atelier de formation des journalistes sur les libertés et droits fondamentaux de l'homme liés aux élections

CNIDH » Déclarations » Déclaration de la CNIDH sur le massacre de Ruhagarika

Card image cap

La Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH) condamne sans réserve le massacre de 26 personnes, dont 5 femmes et 12 enfants, perpétré dans la nuit de ce 11 mai 2018 à Ruhagarika, en Commune Buganda, Province Cibitoke. Les enquêtes préliminaires indiquent que ce crime odieux et lâche a été commis par un groupe d’individus armés venu de la République Démocratique du Congo (RDC) et qui y serait retourné juste après le forfait.

 

La Commission exprime ses condoléances les plus attristées aux familles éprouvées et sa solidarité avec toute la communauté de Buganda.

La CNIDH déplore que ce massacre a été commis de manière indiscriminée et sauvage sur des civils paisibles, dans l’objectif apparent de provoquer l’émoi dans la population qui vit en harmonie et vaque normalement à ses activités habituelles.

La CNIDH remercie le Gouvernement du Burundi pour sa solidarité et sa promesse de soutien aux familles éprouvées.   

La CNIDH demande au Gouvernement de mener rapidement des enquêtes sérieuses sur ce massacre des innocents afin que les auteurs et leurs complices soient identifiés et traduits devant la justice.

La CNIDH demande aux Forces de Défense et de Sécurité de renforcer les mesures de sécurité collective de la population burundaise et d’utiliser tous les moyens possibles permettant de prévenir, anticiper et répondre efficacement à ce genre d’attaques, en recourant au maximum possible à la coopération sous-régionale et, si nécessaire, à la doctrine de la défense préventive.   

La CNIDH exhorte les responsables politiques et tout un chacun à faire preuve de responsabilité dans leurs revendications et de s’abstenir de tout recours à la violence, mais surtout de tout discours, attitude, comportement, action ou omission de nature à encourager, provoquer, ou donner lieu à des actes odieux comme ceux observés à Buganda qui relèvent de la barbarie.

Elle exhorte également les responsables politiques à s’abstenir de toute tentative de récupération de cet incident horrible à des fins politiciennes ou pour raviver  la division et la haine au sein de la population burundaise qui a déjà fait d’énormes progrès sur le chantier de l’unité et de la réconciliation.

La CNIDH demande à la communauté internationale de condamner sans réserve ces actes terroristes qui relèvent d’un autre âge et leurs commanditaires ; et de continuer à appuyer le Gouvernement  du Burundi dans ses efforts de consolidation de la paix et de la sécurité.

A toute la population burundaise, la CNIDH demande de rester unie, solidaire, sereine et vigilante, et de dénoncer tout mouvement suspect de nature à perturber la sécurité.

 

Fait à Bujumbura, le 13 mai 2018

Jean-Baptiste Baribonekeza

Président

Ouvrir dans le navigateur
Publiée le 08/11/2019 à 11h11min Partager

Poster votre commentaire

Articles de même catégorie