+257 22 27 71 21 (appel sans frais) | +257 22 27 71 20 (standard) | +257 68 22 67 67 (whatsapp) Email: cnidh@cnidh.bi Kirundi Kirundi Français Français English English
A LA UNE..
Discours du Président de la CNIDH à l’occasion de l’ouverture de l’atelier de formation des Commissaires et Cadres de la CNIDH sur les droits de l’enfant Déclaration de la CNIDH du 16 juin 2020 à l'occasion de la célébration de la journée de l'enfant africain, Edition 2020 Atelier de formation à l’endroit des représentants des Institutions partenaires sur les notions de base en matière des droits de l’homme, du 29 au 30 avril 2020,à l'Hotel Royal Palace Atelier de sensibilisation des leaders politiques sur la protection des droits de l'enfant en période électorale, City Hill Hotel, le 23 avril 2020 Présentation du rapport annuel 2019 de la CNIDH devant l'Assemblée Nationale par le Président de la Commission Dr Sixte Vigny Nimuraba, mercredi le 15 avril 2020 Déclaration de la CNIDH sur le rapport de la Commission ad hoc, mise en place le 10 janvier 2020, par la CNIDH, en vue d'enquêter sur la présumée adhésion forcée à la #COSSESONA. Point de presse sur l'Exercice du droit à la liberté d’association Atelier de sensibilisation des jeunes affiliés aux partis politiques sur la tolérance et le respect des droits fondamentaux de l’homme en période électorale. Atelier de formation des journalistes sur les libertés et droits fondamentaux de l'homme liés aux élections

CNIDH » Déclarations » DÉCLARATION DU 20 SEPTEMBRE 2011

Card image cap

1.   Dans la nuit du 18 septembre 2011, aux environs de 19h 45’, une bande de tueurs non encore identifiés a attaqué un bar dit « chez les amis » en zone Gatumba , commune Mutimbuzi en province de Bujumbura.

2.   Les assaillants ont fait irruption dans les enceintes dudit  bar tuant,  par armes blanches, par balles et grenades, des clients qui s’y trouvaient, certains ayant eu la vie sauve pour avoir eu le réflexe de se cacher dans les toilettes.

3.   Les informations recueillies par la CNIDH ce lundi 19 septembre 2011, font état de  22 personnes tuées sur-le-champ, dont un enfant et 15 autres victimes ayant rendu l’âme dans quatre hôpitaux à Bujumbura, à savoir Prince Régent Charles, Hôpital militaire,  Hôpital Roi Khaled et Centre Médico-chirurgical où les blessés se comptent également par dizaines.

4.   Cette attaque survient au lendemain de plusieurs cas d’assassinats ciblés dans certaines localités du pays où des cadavres sont découverts et enterrés sans que, dans la plupart des cas, des enquêtes ne soient diligentées pour élucider les circonstances dans lesquelles les victimes ont été tuées, identifier les auteurs et les poursuivre en justice.

5.   La recrudescence de ces violences  s’inscrit dans la résurgence des groupes armés qui occasionnent des crimes graves comme celui qui vient de se passer à Gatumba.

6.   La CNIDH constate malheureusement que la controverse sur les résultats des élections de mai 2010 a conduit à un climat socio-politique qui n’est pas serein.

Pour toutes ces raisons, la CNIDH :

7.      Condamne sans réserve le massacre de paisibles citoyens au bar « chez les amis » de Gatumba ;

8.      Condamne avec la même énergie les cas d’assassinats ciblés constatés ici et là dans le pays ;

9.      Rappelle que le droit à la vie est sacré et inviolable, et ne peut être sacrifié pour quelque mobile politique que ce soit ;

10.  Rappelle également que le Burundi est partie prenante des engagements régionaux et internationaux de protection des droits de la personne que les forces politiques et combattantes sont tenues de respecter.

La CNIDH recommande :

Au Gouvernement :

11.  De tout mettre en œuvre pour assurer la sécurité des populations et de leurs biens sur tout le territoire national ;

12.   D’arrêter et poursuivre conformément à la loi les auteurs du massacre de Gatumba et des crimes d’assassinat précédents,  quelques soien


Publiée le 08/11/2019 à 11h11min Partager

Poster votre commentaire

Articles de même catégorie